Architecture Gothique: Style néogothique, Vitrail, Parties d’une église, Cathédrale Notre- Dame de Paris, Gothique International, Néogothique, Peinture gothique PDF

Le vitrail est une composition de verre formée de pièces de verre. Celles-ci peuvent architecture Gothique: Style néogothique, Vitrail, Parties d’une église, Cathédrale Notre- Dame de Paris, Gothique International, Néogothique, Peinture gothique PDF blanches ou colorées et peuvent recevoir un décor. Le mot vitrail désigne une technique tandis que la fermeture d’une baie fixe avec du verre s’appelle une verrière.


Ce contenu est une compilation d’articles de l’encyclopédie libre Wikipedia. L »architecture gothique (ou francigenum opus) est un style architectural de la seconde partie du Moyen Âge en Europe occidentale. Ce sont les Italiens de la Renaissance qui ont nommé « gothique » ce style initialement nommé francigenum opus « art de France », puisque né au cÅ“ur du royaume. Le terme « gothique » fut utilisé a posteriori dans un sens péjoratif : l »art gothique était l »art des Goths, un art de « barbares » qui auraient oublié les techniques et les canons romains. Un certain nombre d »historiens de l »art réfutent aujourd »hui ce jugement et montrent que, par rapport à l »architecture romane qui la précède, l »architecture gothique n »est pas tant une rupture qu »une évolution. L »architecture gothique apparaît en ÃŽle-de-France au XIIe siècle ; elle se diffuse rapidement au nord de la Loire puis en Europe jusqu »au milieu du XVIe siècle. L »esthétique gothique reste très présente dans l »architecture française jusqu »au début du Xxe siècle.

Depuis le début du Moyen Âge, ces pièces sont assemblées par des baguettes de plomb, appelées de la même manière,  plomb . La vitrerie est généralement claire et sans peinture. Détail d’un panneau du vitrail de Saint Thomas, cathédrale de Canterbury. La surface peinte des verres est apparente. Les plombs en H sont visibles avec leurs jonctions soudées, de même que les fers raidisseurs et les fils de cuivre qui les lient au vitrail. Le verre coloré a été produit depuis les époques les plus reculées. Tant les Égyptiens que les Romains ont excellé dans la fabrication de petits objets de verre coloré.

Des effets semblables ont été atteints avec une grande sophistication par des créateurs orientaux en Asie Mineure et en Perse en utilisant le verre coloré en lieu et place de la pierre. Le Christ de Wissembourg, le plus ancien vitrail figuratif en bon état subsistant, datant d’environ 1060. Après le Christ de Wissembourg, ils sont les plus anciens vitraux en bon état subsistant. On peut remarquer l’emploi de pierre translucide associée au verre coloré. Article détaillé : Technique du vitrail au Moyen Âge.

En tant que forme artistique, la technique du vitrail atteint sa plénitude au Moyen Âge. Les cisterciens développent, en rapport avec leur idéal de simplicité et de dépouillement, un type de vitrail incolore composé le plus souvent de motifs décoratifs non-figuratifs et répétitifs, comme dans l’abbaye d’Aubazine. Avec le développement ornemental de l’architecture gothique, les ouvertures deviennent donc de plus en plus grandes, améliorant l’éclairage des intérieurs. Intégrés à la tendance à l’élévation verticale des cathédrales et des églises paroissiales, les vitraux deviennent des créations de plus en plus audacieuses. Ils sont considérés comme de véritables supports imagés, à la façon d’une bande dessinée, pour le catéchisme des fidèles illettrés, supposés n’avoir alors qu’à lever les yeux et dépouillant de ce rôle le chapiteau roman historié, mal visible et parfois abscons. Vitrail renaissance de la basilique San Zanipolo à Venise. La tradition gothique se maintient parfois tandis que l’inspiration antique des artistes de la Renaissance se retrouve dans les détails décoratifs ou dans le vêtement porté par certains personnages.

Le vitrail se développe parallèlement dans l’architecture civile, notamment dans les châteaux. France, le style gothique se développe en réaction à la période révolutionnaire. Il commence avec le développement de la peinture troubadour et dans l’art décoratif. Si tous les pays d’Europe sont touchés par le style néogothique, son développement est très variable suivant les pays.

Avant la Révolution, il ne restait plus que quatre peintres verriers à Paris. Alexandre Lenoir a réuni au cours de la Révolution une collection de vitraux peints dans son musée des Petits-Augustins. Il a reçu l’héritage de Pierre Le Vieil, de Montfaucon et de Winkelman sur l’étude des arts. En 1799 Alexandre Lenoir a demandé à récupérer les vitraux du déambulatoire de l’abbatiale Saint-Denis pour orner une salle du musée des Monuments français. Il a fait démonter et enlever la verrière de l’Arbre de Jessé. Malheureusement une partie des vitraux a été brisée et une autre vendue.

Les vitraux rescapés sont revenus en 1816 à Saint-Denis. En 1800, l’intérêt pour les vitraux est revenu en France, mais la technique des vitraux ayant été perdue, la peinture sur verre va se transformer. Le progrès de la chimie a permis l’invention de couleurs fusibles qui permettaient de réaliser des panneaux sur verre et non plus des vitraux. Les plombs n’étaient plus nécessaires dès qu’on a pu appliquer sur une lame de verre toutes les nuances de couleurs. Alexandre Brongniart a présenté à l’Académie un tableau peint sur verre.