Bagnes, Prisons Et Criminels, Volume 2 PDF

Double clôture électrifiée du camp Auschwitz I. Détail du monument antiguerre Bittermark Mahnmal, Dortmund, Allemagne. On nomme bagnes, Prisons Et Criminels, Volume 2 PDF camp de concentration un lieu fermé de grande taille créé pour regrouper et pour détenir une population considérée comme ennemie, généralement dans de très mauvaises conditions.


This book was originally published prior to 1923, and represents a reproduction of an important historical work, maintaining the same format as the original work. While some publishers have opted to apply OCR (optical character recognition) technology to the process, we believe this leads to sub-optimal results (frequent typographical errors, strange characters and confusing formatting) and does not adequately preserve the historical character of the original artifact. We believe this work is culturally important in its original archival form. While we strive to adequately clean and digitally enhance the original work, there are occasionally instances where imperfections such as blurred or missing pages, poor pictures or errant marks may have been introduced due to either the quality of the original work or the scanning process itself. Despite these occasional imperfections, we have brought it back into print as part of our ongoing global book preservation commitment, providing customers with access to the best possible historical reprints. We appreciate your understanding of these occasional imperfections, and sincerely hope you enjoy seeing the book in a format as close as possible to that intended by the original publisher.

En effet, l’innovation technique du fil de fer barbelé permit de clore de vastes espaces à peu de frais. L’histoire d’un camp de concentration, bien qu’il soit admis par le droit de la guerre pour l’internement des civils ennemis, est difficile à justifier en ce sens qu’alors, l’internement constitue une mesure collective et non individuelle, qui ne sanctionne pas des actes individuels, mais une situation indépendante de la volonté de la personne internée. De tels camps sont utilisés en tant que mesure conservatoire militaire : si des ressortissants du pays B vivent dans le pays A lors de la déclaration de guerre entre A et B, le pays A peut considérer que les ressortissants de B sur son territoire sont des ressortissants d’un pays ennemi, qu’il importe d’interner, pour éviter qu’ils rejoignent l’armée adverse ou se lancent dans des opérations d’espionnage. Lizzie van Zyl, une enfant boer internée et morte dans le camp de concentration britannique de Bloemfontein en Afrique du Sud durant la Seconde Guerre des Boers. L’idée elle-même avait été appliquée un peu plus tôt par les Espagnols à Cuba, pendant la guerre d’indépendance. Passés ce délai, ceux qui se trouvent à l’extérieur sont considérés comme rebelles et donc tués.

Une fois déportés, hommes, femmes, enfants et animaux domestiques sont placés sous garde armée à l’intérieur de tranchées fortifiées. Anglais pour lutter contre les Boers. Un artiste français, Jean Veber, dénonce en 1901 dans L’Assiette au Beurre, les  camps de re-concentration  du Transvaal. Les camps de concentration ne sont apparus qu’après l’invention du fil de fer barbelé, qui permet de clôturer de grandes surfaces pour un coût sans commune mesure avec les moyens de détention classiques tels que les prisons.

Une telle pratique fait partie des outils utilisés lors des guerres totales. D’une manière générale, tous les pays liés à la Première Guerre mondiale ont ouvert des camps pour regrouper les civils des nations ennemies : camps pour Allemands en Australie, pour Belges en Afrique allemande, pour Autrichiens en Russie, etc. Au Royaume-Uni, 32 000 étrangers ou espions supposés ou Irlandais après 1916, ont été enfermés dans des camps comme le champ de course de Newbury, puis dans une prison de l’île de Man qui n’était pas prévue pour des civils. La France a utilisé des camps de concentration durant la Première Guerre mondiale, dont celui de Pontmain, pour y enfermer les ressortissants allemands, austro-hongrois et ottomans présents sur son territoire à l’ouverture des hostilités.