Bissière : Catalogue raisonné (1886-1964) 3 volumes PDF

Si sa construction s’étend sur trois siècles, à partir de 1240, la cathédrale présente une belle homogénéité de style puisque les critères stylistiques furent respectés à chaque campagne de construction. La cathédrale de Metz est non seulement la cathédrale de France ayant la plus grande surface vitrée, près de 6 500 m2, mais également celle qui présente les plus grandes verrières gothiques d’Europe. Metz, le premier dont le nom nous bissière : Catalogue raisonné (1886-1964) 3 volumes PDF parvenu.


Avec 42 reproductions en couleurs (peinture à l’oeuf, à la cire, encre de Chine, bois sculpté, huile sur toile, tenture d’étoffes, assemblage de bois, de fer…) et 54 en noir et blanc (huile, crayon, peinture à l’oeuf, aquarelle, encre de Chine, fusain, tapisserie d’étoffes…). Egalement, 28 illustrations en noir et blanc : dessins d’enfants, oeuvres d’autres artistes et, principalement, masques et tissus africains. .Biographie (1886-1964) par Isabelle BISSIÈRE .Oeuvres exposées (85 numéros)

La cathédrale Saint-Étienne de Metz, comme la plupart des cathédrales de France est propriété de l’État. Il est par ailleurs responsable de la sécurité de l’édifice. La conservation régionale des monuments historiques finance et pilote au titre de la maîtrise d’ouvrage les travaux de restauration, de réparation et d’entretien. L’architecte en chef des monuments historiques, assure la maîtrise d’œuvre des travaux de restauration. Le clergé, en tant qu’affectataire, assure l’ouverture au public de l’édifice, sa sûreté et les offices. L’association de l’Œuvre de la Cathédrale assure des visites, la visite de la crypte et du trésor de la cathédrale et possède une petite boutique dans la cathédrale. En 1970, l’aménagement du bras sud du transept, en vue de l’installation d’un nouvel orgue, mit au jour des fondations antérieures à l’époque romane, sans qu’il fût possible de les dater de manière absolue.

Ces vestiges présentent une abside orientée semblant correspondre à un sanctuaire d’époque mérovingienne. Les fouilles de 1878-1881 et 1914-1915, dans le sol de la nef et du transept, mirent au jour ses fondations. Il est intéressant de constater que la cathédrale actuelle se superpose presque parfaitement à l’édifice ottonien, le chœur actuel est ainsi à l’aplomb direct de la crypte romane. De trois travées plus court, celui-ci présentait une élévation fort différente. La nef, flanquée de bas-côtés, haute d’environ 20 mètres, s’ouvrait sur un transept saillant de même hauteur, long de 42 mètres, pour 12 mètres de large.

Deux tours de chevet s’élevaient de part et d’autre de l’abside centrale, et des chapelles donnant sur le transept les jouxtait. Le plan de la basilique Saint-Vincent voisine, de style gothique, semble par ailleurs calqué sur celui de cette cathédrale primitive, malgré la différence entre leurs styles. Vers 1186, la collégiale Notre-Dame fut construite contre celle-ci, sans que l’on sache si un espace, même étroit fut laissé. Sa forme de demi-rotonde lui valut le nom de Notre-Dame-la-Ronde. La reconstruction de la basilique ottonienne débuta moins de deux siècles après son achèvement. La cathédrale dans le tissu urbain à la fin de la Renaissance.

Contrairement à de nombreuses sources mal interprétées, et en dépit de la volonté de l’évêque Conrad de Scharfenberg l’édification de la cathédrale, dédiée à saint Étienne, n’est pas entreprise vers 1220, il s’agit en fait de confirmations de prébendes de la Cathédrale. Pierre Perrat lancera l’édification audacieuse des voutes à 42 mètres du sol. La construction s’étalera sur trois siècles pour s’achever vers 1525. L’élan gothique devait l’emporter devant toute autre considération. Il fut également choisi de reconstruire la collégiale Notre-Dame, pour l’intégrer au nouveau style de la cathédrale. Notre-Dame-la-Ronde est entreprise en conservant, semble-t-il, les piliers ronds de celle-ci, alignés sur l’ancienne nef ottonienne. Le nouveau chœur de la collégiale, épaulé par les deux premiers contreforts sud de la cathédrale, indique une construction concertée dès cette époque.