Caligula PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Elle met en scène Caligula, empereur romain tyrannique qui agit avec démesure, en quête d’impossible. Dans le livre IV de son ouvrage Vie des douze Césars, l’historien latin Suétone retrace la vie et les années de règne de Caius César, surnommé  Caligula  à cause d’une plaisanterie militaire. Caligula PDF car de nombreux poisons avaient pour premier effet des troubles similaires à une maladie mentale.


«Une étude passionnante sur le pouvoir et la politique, sur les hommes et les réputations… le Caligula d’Allan Massie est un merveilleux personnage tridimensionnel.»

Christopher Hart, Literary Review

Caius Caesar Germanicus Caligula est certainement, avec Néron, le plus décrié des empereurs romains. Il est généralement peint comme un fou meurtrier et débauché, porté à tous les excès, les caprices et les cruautés, ayant fait nommer son cheval consul, pratiqué l’inceste avec ses soeurs et multiplié les exécutions injustifiées au sein des élites de Rome.

Pourtant, même les historiens les plus hostiles se trouvent contraints de reconnaître que tout ne fut pas négatif dans les quatre courtes années de son règne, et que l’on doit relever d’étranges contradictions chez ce souverain haï de l’aristocratie, mais adoré de la plèbe, comme il l’avait été, enfant, des soldats de son illustre père Germanicus.

Ce sont ces contradictions qu’Allan Massie, alliant une fois de plus, comme dans son Tibère et son Roi David, la perspicacité psychologique et la compréhension humaine du romancier à l’érudition de l’historien, a entrepris de retrouver et d’analyser, détruisant au passage quelques mythes bien établis et reconstituant, à petites touches cruellement précises, le climat oppressant de toute une époque.

«Il y a suffisamment de détails précis, entremêlés d’épisodes scabreux et de crimes sinistres pour pouvoir remplir plusieurs dizaines de tabloïdes…
Le portrait d’un monde dominé par la force de la volonté.»

Tom Deveson, Sunday Times

La première ébauche de Caligula date de 1938, à la suite de la lecture de l’ouvrage de Suétone par Camus. Deux modifications majeures sont effectuées par Camus : il atténue la laideur du personnage, pourtant soulignée par Suétone, et il atténue la froide cruauté de Caligula, sans doute pour que le lecteur-spectateur puisse adhérer à la quête menée par le personnage éponyme, et à la pièce elle-même. Caligula, prince relativement aimable jusque-là, s’aperçoit à la mort de Drusilla, sa sœur et sa maîtresse, que le monde tel qu’il va n’est pas satisfaisant. Dès lors, obsédé d’impossible, empoisonné de mépris et d’horreur, il tente d’exercer, par le meurtre et la perversion systématique de toutes les valeurs, une liberté dont il découvrira pour finir qu’elle n’est pas la bonne.

Il récuse l’amitié et l’amour, la simple solidarité humaine, le bien et le mal. Il est cependant utile de remarquer que même à l’heure de sa mort, Caligula niera toujours celle-ci, d’une certaine manière : il s’en rira, s’en  moquera , et hurlera dans ses derniers instants  À l’Histoire, Caligula ! C’est à cet instant que la fin du tyran revêtira toute sa dimension ironique et tragique. La pièce se déroule dans l’Antiquité, à Rome, sous l’empereur Caligula. Il y a un intervalle de trois années entre le premier acte et les actes suivants. Acte I : 11 scènes – Prise de conscience de l’absurdité de la vie et élaboration d’un programme visant à enseigner cette vérité à ses contemporains.

La version définitive est la version en quatre actes de 1944, d’abord publiée conjointement avec Le Malentendu puis éditée seule la même année. Il existe une version de 1941 en quatre actes, publiée en 1984, dans les Cahiers Albert Camus. Caligula, empereur de Rome, a disparu peu de temps après le décès de sa sœur et amante Drusilla. Il est recherché dans tout Rome. Les patriciens commencent à s’inquiéter de cette absence. Souvent joué en France et à l’étranger, Caligula sera le succès le plus durable de Camus au théâtre. Paris – Au début 2006, Charles Berling a mis en scène et interprété un Caligula au Théâtre de l’Atelier à Paris.