Délivrez-nous de « Dieu » ! : De qui donc nous parle la Bible ? PDF

Sauter à la navigation Sauter à la recherche La Théologie évangélique est l’enseignement, délivrez-nous de « Dieu » ! : De qui donc nous parle la Bible ? PDF doctrine, en ce qui concerne les questions spirituelles dans le christianisme évangélique. Néanmoins, il s’avère qu’en fonction des milieux, les évangéliques ont toujours tâché de concilier les notions d’infaillibilité et éventuellement d’inerrance bibliques avec une forme rigoureuse de critique de la Bible.


Si « Dieu » était jadis une évidence, le mot est aujourd’hui à lui seul un problème. Que disons-nous lorsque nous prononçons le nom de « Dieu » ? Le mot dit mal l’imprononçable, l’indicible, déforme et finalement trahit l’extraordinaire héritage transmis par la tradition biblique. Rien ne manque, pourtant, pour nous délivrer de ce malentendu dévastateur qui a remis sur pied l’idole divine que la révolution biblique avait méticuleusement déconstruite. Les découvertes de l’archéologie, les approches littéraires des Ecritures, les ressources de la tradition juive (qui jamais ne prononce le nom divin) permettent de comprendre d’une manière nouvelle ce qu’est la foi, à rebours des idéologies religieuses qui piègent « Dieu » dans leur langage figé. Adepte d’une lecture décapante de la Bible, Jean-François Bouthors réfléchit à la manière d’oser « dire Dieu » sans trop en dire… Il tente de faire jaillir du texte biblique la puissance vitale en la dégageant de la gangue des interprétations religieuses convenues. Un livre qui dévoile la face cachée de la Bible et des Evangiles, tels qu’on ne nous les avait pas encore racontés. Alors des mots comme incarnation ou résurrection retrouvent un contenu dépouillé de toute mythologie. Enfin, la parole nous parle.

Les évangéliques rejettent les idées selon lesquelles Marie serait corédemptrice ou médiatrice, ainsi que l’immaculée conception, la dormition et l’assomption, les considérant comme non justifiées bibliquement, de même que toute forme de piété mariale. Jésus est considéré comme parfaitement homme et parfaitement Dieu. En effet, Isaac était aussi appelé fils unique de son père, alors que la Bible présente pertinemment qu’il avait un demi-frère, Ismaël. Isaac était le « fils unique » car il était le seul à réaliser la promesse de Dieu. Dieu en tant qu’Esprit, est considéré comme étant pleinement Dieu. Il s’agit de la manifestation éternelle de Dieu dans la dimension humaine. Qu’on ne trouve chez toi personne qui consulte les esprits ou dit la bonne aventure, personne qui interroge les morts.

Car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Éternel. Je suis la résurrection et la vie. Pour certaines églises, tel que dans le courant baptiste, il est synonyme du baptême du Saint-Esprit. Elle s’exprime d’abord en termes de générosité financière mais également en égard au temps consacré. Elle est également considérée comme très importante par la plupart des Églises évangéliques. Rendez justice au faible et à l’orphelin, Faites droit au malheureux et au pauvre, Sauvez le misérable et l’indigent, Délivrez-les de la main des méchants. Ils nous recommandèrent seulement de nous souvenir des pauvres, ce que j’ai bien eu soin de faire.

Répandre la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu, est un commandement donné par Jésus avant son ascension se trouvant dans Marc 16:15 et Matthieu 28:19-20. Jésus-Christ en tant que Sauveur et Seigneur lorsqu’ils entendirent l’évangile chrétien au cours de leur vie. Ainsi, la plupart d’entre eux croit au retour relativement proche du Christ, voire, pour certains, à son imminence qui procéderait alors à l’Enlèvement de l’Église. Les évangéliques sionistes: Ils sont dispensationalistes et sionistes car ils croient être à la fin de la sixième dispensation.