Démocratie et société civile au Congo-Brazzaville PDF

En 1917, il est le principal acteur, avec Lénine, de la révolution d’Octobre qui permet aux bolcheviks d’arriver au pouvoir. Trotski demeure l’inspirateur dont se réclament toujours les divers groupes trotskistes à travers le monde. La maison démocratie et société civile au Congo-Brazzaville PDF parents de Trotski à Kherson. Trotski est issu d’une famille juive des environs de Kherson, dans le sud de l’Ukraine.


La société civile apparaît au sein du microcosme congolais comme une force sociale dynamique qui y occupe une position centrale et stratégique. Sa capacité informelle de résistance face à l’Etat contribue à infléchir le sens de la rigidité des politiques de réformes économiques des bailleurs de fonds internationaux que le gouvernement est chargé de mettre en œuvre. L' » incivilité  » de la société civile permet non seulement de dénoncer les pratiques décriées du pouvoir mais aussi d’exercer une vigilance accrue sur la gestion des deniers de l’Etat, notamment des revenus pétroliers. En donnant une nouvelle impulsion à l’économique et au social, et en assurant parfois un arbitrage entre les intérêts opposés des citoyens et du gouvernement, la société civile apporte sa contribution au processus de démocratisation, à la lutte contre la pauvreté et à la réhabilitation de l’Etat déliquescent, à la fois dans ses fonctions régaliennes et dans son rôle de régulateur de l’économie nationale.

Odessa, où il se distingue par ses brillants résultats. En 1896, Trotski évolue dans un cercle de propagande révolutionnaire de Nikolaïev. En 1897, Trotski prend part à la création d’un  syndicat ouvrier du sud de la Russie . En 1898, la police procède à des arrestations de masse durant lesquelles Trotski est arrêté. Trotski se marie avec elle en 1900 dans la prison de Moscou, pour éviter d’en être séparé, car il devait être envoyé en déportation en Sibérie à Oust-Kout. Ne supportant plus l’enfermement devant sa tâche à accomplir, il réussit à s’évader en 1902, en laissant sa femme et ses filles derrière lui. Sous cette fausse identité, il émigre alors vers l’Angleterre.

Londres, il rencontre Lénine, dont il a entendu parler pour la première fois en 1900 et dont il a commencé à lire le traité politique Que faire ? Durant l’été 1903, au deuxième congrès du POSDR à Londres, qui voit la scission entre bolchéviques et menchéviques, Trotski soutient d’abord ardemment Lénine. Il conserve cette position intermédiaire au sein du parti mais isolée durant treize années, cherchant à fusionner les deux courants de la social-démocratie. Trotski n’a pas divorcé d’Aleksandra Sokolovskaïa. En 1905, Trotski rentre illégalement en Russie.

En 1905, lors de la première révolution russe, il devient, à l’âge de 26 ans, vice-président puis président du soviet de Saint-Pétersbourg, soviet composé en majorité de mencheviks. Fondateur du journal Pravda en 1912 à Vienne, où il fait par ailleurs connaissance avec Adolf Joffé, il se pose en défenseur de l’unité de l’ensemble des sociaux-démocrates, toutes tendances confondues, y compris les plus radicales. Trotski et sa fille Nina, en 1915. France en septembre 1916, il est conduit à Irun, en Espagne. Là, il est arrêté par la police espagnole et embarqué de force avec sa famille pour les États-Unis. Léon Trotski arrivant en train à Petrograd en mai 1917.

Trotski avec Lénine et des soldats à Petrograd en 1921. Après la révolution de Février 1917, Trotski décide de retourner en Russie en mai 1917. Il est interné quelque temps au Canada dans centre de rétention en tant que révolutionnaire qui veut renverser un gouvernement allié au gouvernement anglais dans la guerre contre l’Allemagne. Après les journées insurrectionnelles des 3 et 4 juillet 1917 il est arrêté et brièvement emprisonné par le gouvernement provisoire. Lors du congrès du parti en août, malgré sa détention, il est élu au Comité central organe suprême du parti. Pendant l’hiver de 1917-1918, en tant que commissaire du peuple aux Affaires étrangères, Trotski est à la tête de la délégation communiste qui négocie la paix avec l’Allemagne et l’Autriche.

Alors que Lénine veut une paix, même très mauvaise, rapidement et que Boukharine et les communistes de gauche veulent une guerre révolutionnaire, Troski préconise une ligne qui est « ni la guerre, ni la paix ». Au printemps 1918 il joue un rôle décisif dans les opérations militaires contre les opposants armés au bolchévisme et notamment il reprend au début juillet la ville de Kazan sur la Volga. Sa popularité parmi les communistes est très grande. Il est commissaire à la guerre de 1918 à 1925, durant la guerre civile. Il impulse les opérations militaires et intervient sur tous les fronts à bord de son train blindé. Les troupes de Trotski finiront par anéantir les makhnovistes, affaiblis par les assauts répétés des Armées blanches de Wrangel, dans le courant de l’année 1921 et fusilleront un grand nombre de paysans de la région pour avoir soutenu l’insurrection.

Russie soviétique, Trotski propose la militarisation provisoire du travail : selon lui, cette mesure était rendue nécessaire par le contexte de la guerre civile et de la révolution mondiale. Dans cette vision, toute grève est considérée comme une désertion, et toute revendication est considérée comme une insubordination. Lénine s’oppose à la transformation de l’économie en système militaire, même s’il approuve la discipline et la hiérarchie. Les armées du travail que voulaient Trotski ne seront pas développées. En mars 1921, il ordonne l’assaut de la citadelle insurgée de Kronstadt, lors du Xe Congrès du Parti et avec l’accord de tous les dirigeants du parti.

Il ne se distingue pas sur ce point des autres dirigeants. Michael Heller et Aleksandr Nekrich, auteurs de L’utopie au pouvoir. Il écrit dans son dernier ouvrage, publié à titre posthume, Leur morale et la nôtre :  les problèmes de morale révolutionnaire ne font qu’un avec les problèmes de stratégie et de tactique révolutionnaires . Ses disciples partagent cette conception d’un code éthique défini de manière pragmatique, et non selon une morale objective. Dans ses derniers textes écrits, appelés son Testament, en décembre 1922 et janvier 1923 Lénine juge que l’opposition de caractère entre Trotski et Staline est une menace pour le parti et le régime. Si Lénine juge que Staline est trop  grossier , il n’organise pas une alliance avec Trotski pour le contrer, même si certaines interprétations, comme celle de Moshe Lewin, vont dans ce sens.

En tout cas Trotski ne s’engage pas dans une lutte ouverte contre Staline, ce qui peut paraître comme un manque de lucidité politique. Alors que Lénine commence à être frappé d’incapacité par la maladie, Staline cherche à prendre le pouvoir en se positionnant comme un homme du centre, un modéré. Bien que leader de l’armée, il ne tenta jamais de se servir d’elle et fut loyal au Parti sans chercher à se ménager un clan en son sein. Trotski lors de son assignation à résidence à Alma-Ata, en 1928. Dans son livre Cours nouveau, il analyse l’évolution du parti bolchevik et propose des mesures pour limiter la tendance à la bureaucratisation qui se fait jour, en assurant une plus grande démocratie au sein du parti. Durant l’été 1923, alors que Lénine est dans le coma, Staline lance son offensive et fait arrêter par la Guépéou un certain nombre de membres du Parti pour  indiscipline .