Histoire de la chirurgie PDF

Sauter à la navigation Sauter à la recherche La chirurgie est un ensemble d’opérations manuelles et instrumentales réalisées sur et dans un corps vivant à des histoire de la chirurgie PDF thérapeutiques. L’histoire a montré que chaque fois qu’il y a eu un rapprochement entre ces deux entités que sont la médecine et la chirurgie, cela a été bénéfique pour le progrès médico-chirurgical.


Des signes de cicatrisation sur les bords des résections permettent de penser que la craniotomie n’était pas fatale et que l’opéré a survécu après le geste chirurgical malgré la largeur parfois importante de la pièce ôtée. Diverses techniques étaient utilisées pour réaliser ces craniotomies. Par exemple, l’abrasion de la voûte crânienne avec un silex, la découpe d’une rondelle circulaire en creusant petit à petit la voûte crânienne avec des perforations circulaires dégageant une pièce osseuse ou alors des entailles qui elles aussi dégagent une pièce osseuse. Le réveil du patient, qui doit survivre à l’opération, implique des pansements primitifs. Pour les constituer, des éléments végétaux comme la gomme et la feuille de nénuphar ont été utilisés car ils possèdent des effets antiseptiques.

L’argile a pu être utilisé sur des doigts gelés. Article détaillé : Chirurgie dans l’Égypte antique. Edwin Smith dans la pièce des livres rares de l’académie de médecine de New York. L’utilisation de l’écriture a permis à certaines connaissances de traverser les siècles. Le premier est un traité sur les plaies et le troisième est connu comme étant le premier traité de neurochirurgie. Un élément notable lors de pratiques chirurgicales en Égypte ancienne est la présence d’un homme non médical, non chirurgical dit hémostatique. Sa simple présence était censée limiter, voire arrêter les saignements.

Dans la civilisation Babylonienne au contraire, les médecins et les chirurgiens se trouvaient dans des castes différentes. En Grèce antique, les pratiques ont évolué au cours des siècles. Guerre de Troie, la chirurgie est assez sommaire, elle se résume à des actes tels que l’extraction de flèches, l’excision des tissus nécrotiques, le lavage du sang ou le versement de sucs végétaux permettant ainsi de limiter les infections. Hippocrate, bien qu’avant tout philosophe, porte un grand intérêt à la maladie. Inde ancienne, il existait une véritable unité médico-chirurgicale avec un apprentissage technique sur des animaux dans les écoles.

En Rome antique, une partie des connaissances chirurgicales est importée de Grèce. La chirurgie est principalement utilisée pour les besoins de l’armée ainsi que les jeux du cirque, tels que les combats de gladiateurs. De nouvelles techniques sont mises au point, c’est ainsi qu’à Rome sont réalisées les premières césariennes. Au cours du Moyen Âge va se créer un déséquilibre entre le monde arabo-musulman et l’Europe chrétienne. Le personnage le plus marquant de cette époque est Abulcassis, résidant dans le Califat de Cordoue, auteur d’un ouvrage important : le Tarsif, une encyclopédie médicale en 30 volumes qui a ensuite été traduite en latin et utilisée dans les écoles de médecine européennes pendant des siècles. Ibn Al-Nafis a consacré un volume de son Traité de la médecine à la chirurgie, il y décrit les trois stades d’une intervention chirurgicale, le stade pré-opératoire, l’opération en elle-même et la période post-opératoire. Son traité de médecine était également le premier livre traitant du décubitus d’un patient.

Avenzoar est considéré comme le père de la chirurgie expérimentale pour avoir introduit la méthode expérimentale dans son Al Taisir. Il fut le premier à employer l’expérimentation animale afin de mettre au point des interventions chirurgicales destinées aux patients humains. Le chirurgien Irakien Al-Mawsili inventa la première aiguille creuse et la première aiguille à injection. British Library MS Sloane 1975, f. La médecine est exercée par le clergé alors que la chirurgie est plus le fait des barbiers, habitués aux instruments tranchants. 10 000 étudiants qui se concentrent sur la médecine et la chirurgie, Bologne est la plus grande université d’Europe.

C’est aussi là que reprendront les premières dissections cadavériques. Franz Anton Maulbertsch, montre un barbier chirurgien dans l’exercice de son métier. En France, la première école chirurgicale est fondée à Montpellier en 1220. 1368, premier ouvrage chirurgical en français. France comprend le médecin, homme du clergé qui ne pratique aucun geste chirurgical, le barbier qui effectue quelques gestes chirurgicaux en plus de son activité, l’inciseur nomade qui est souvent un charlatan et enfin le barbier chirurgien.

Confrérie de Saint-Côme va entrer en conflit avec la faculté de médecine de Paris. Il s’ensuit un procès long de près de trois siècles qui aboutira à la dissolution de la Confrérie de St Côme en 1660. Renaissance, la chirurgie connaît un renouveau grâce à l’évolution de techniques qui ne lui sont pas directement liées. L’imprimerie permet une meilleure diffusion des connaissances chirurgicales et anatomiques développées dans le monde arabo-musulman.

La multiplication des armes à feu apporte d’autre part un nouveau problème : les blessures qu’elles engendrent sont plus graves. En 1660, la confrérie de Saint-Côme est dissoute à la suite de la perte d’un procès contre la faculté de médecine de Paris. Mais en 1686, la chirurgie connaît un redressement en France. En effet, Louis XIV, le Roi-Soleil, souffre d’une fistule anale. Après la suppression de l’Académie Royale Chirurgicale, il est nécessaire de former de nouveaux chirurgiens. Deux écoles de santé sont donc créées pour former des officiers de santé qui doivent devenir rapidement opérationnels. La marine impériale connaît aussi son lot de souffrances.