Il était une fois aux Feuillantines PDF

Les transformations de Paris sous le Second Empire ou travaux haussmanniens constituent une modernisation d’ensemble de la capitale française menée à bien de 1852 à 1870 par Napoléon III et le préfet de Paris, le Baron Haussmann. Elle a posé le fondement de la représentation populaire de la capitale française à travers le monde en superposant au vieux Paris et à ses ruelles pittoresques un Paris moderne fait de grands boulevards et de places dégagées. L’élargissement des rues comme arme d’un il était une fois aux Feuillantines PDF autoritaire ?


Alors que son père voudrait qu elle poursuive ses études jusqu au doctorat, Daphné est victime d une grossesse non-désirée, humiliante pour ce «  »grand » » du pays. En réaction au comportement inadmissible de son père, elle se réfugie aux Feuillantines, un couvent au coeur de la ville de Séya. Elle y rencontre Minogo, son futur époux et partenaire idéal dans la lutte contre la dégradation de l environnement. Après son bac, Daphné s est destinée au métier d agent des Eaux et Forêts, au grand dam de son père.

Paris, contrairement aux idées reçues, n’est plus une cité du Moyen Âge. Charles V rectifiée sous Louis XIII. Les classes riches tendent de plus en plus à quitter ces quartiers pour s’installer au large dans les faubourgs du nord et de l’ouest. En 1608, le roi Henri IV fait ouvrir une nouvelle voie qui doit relier le Pont Neuf à la porte de Buci, sur l’enceinte de Philippe-Auguste, et au bourg Saint-Germain. Sous la Révolution française, en 1794, la  Commission des artistes  réalise un plan qui propose de nouvelles percées dans Paris. Napoléon Ier amorce, à l’emplacement de propriétés ecclésiastiques devenues biens nationaux, une rue monumentale le long du jardin des Tuileries.

En 1836, la rue qui porte son nom est percée dans le centre de Paris, entre la rue des Francs-Bourgeois et Saint-Eustache. Au début du Second Empire, des dispositions réglementaires nouvelles furent introduites qui, conjointement avec la loi de 1841 sur l’expropriation pour cause d’utilité publique et un recours systématique à l’emprunt, formeraient les bases de la politique édilitaire du nouveau préfet de la Seine nommé par l’Empereur. Le plan de rue sur l’ile de la Cité et dans le quartier des Arcis, entre le Louvre et l’Hôtel de Ville, avait peu changé depuis le Moyen Âge. La densité de population dans ces quartiers était extrêmement élevée par rapport au reste de Paris.