L’Ombre immémoriale PDF

Annie Le Brun, née à Rennes en 1942, est une écrivain, poète et critique littéraire française. C’est ainsi qu’elle l’Ombre immémoriale PDF situe dans le sillage du surréalisme, embrassant sa quête de  la beauté convulsive  et son insurrection lyrique.


Howard Phillips Lovecraft est sans nul doute l’auteur fantastique le plus influent du XXe siècle.
Son imaginaire unique et terrifiant n’a cessé d’inspirer des générations d’écrivains, de cinéastes, d’artistes ou de créateurs d’univers de jeux, de Neil Gaiman à Michel Houellebecq en passant par Metallica.

Le mythe de Cthulhu est au cœur de cette œuvre: un panthéon de dieux et d’êtres monstrueux venus du cosmos et de la nuit des temps ressurgissent pour reprendre possession de notre monde. Ceux qui en sont témoins sont voués à la folie et à la destruction.

Découvrez ou replongez-vous avec un délice coupable dans les récits les plus emblématiques de ce mythe, qui vous sont proposés à l’unité au sein de la collection Brage…

Le mythe de Cthulhu n’a jamais été aussi réel…

Est-ce le fil du langage qui retient le cerf-volant de ce que nous sommes ou est-ce l’envol du cerf-volant qui donne au fil sa tension particulière ? Reste que quelque chose tient et emporte jusqu’à faire apparaître une forme qui n’est pas plus de l’autre que de moi. Mais sûrement en deçà de ce qui s’expose. Je suis d’abord un animal, et quelquefois un animal qui pense.

Car on oublie trop que notre bisexualité se manifeste non seulement réellement, mais aussi symboliquement. Annie Le Brun se penche sur le roman gothique et le roman noir fantastique, explorant les paysages imaginaires de ces dramaturgies de l’horrible. Sade, dont elle devient une des grandes spécialistes, par-delà les légendes noires ou dorées. Il fait tomber les masques, en même temps qu’il fait tomber dans l’abîme, car il révèle le fonctionnement réel de la pensée, l’imagination et les désirs donnant des idées au corps.

C’est ainsi qu’elle s’interroge :  De la rigolade peureuse agrémentant la bagatelle bourgeoise à la neutralité mensongère de la pornographie de consommation, quelle différence, je vous le demande ? Comme elle l’écrit au début de sa postface à Le Surmâle d’Alfred Jarry, publiée en 1990 sous le titre  Comme c’est petit un éléphant ! Selon elle, celui-ci consiste à rien moins que  réinventer l’amour . Elle précise plus loin :  Je m’interroge sur le fonctionnement à sens unique d’une pensée sur l’amour, censée rendre pourtant compte des mouvements de l’un et de l’autre et qui, du coup, au lieu de se développer en moyen de connaissance, se fige en système de représentation. En 1996, elle préface Manifeste, l’avenir de la société industrielle de Theodore Kaczynski, surnommé Unabomber. En 2000, avec la même exaltation éperdue de la révolte, de la liberté, de la poésie et de l’amour, elle revient avec son essai intitulé De l’éperdu sur de grands auteurs littéraires comme autant de figures de la liberté, et, avec Du trop de réalité, rappelle la nécessité de l’utopie et du rêve, sans jamais négliger sa radicalité et sa lucidité sans concession.