La danse pour les enfants : Méthodologie de la Danse Educative PDF

Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Plus généralement, l’expression  Faire preuve de pédagogie  signifie l’aptitude à enseigner et à transmettre à un individu ou un groupe d’individus — de la danse pour les enfants : Méthodologie de la Danse Educative PDF âges et de toutes conditions — un savoir ou une expérience par l’usage des méthodes les plus adaptées à l’audience concernée. Pour une pédagogie hors de l’école ?


Basé sur l’expérience didactique tricennale de l’Académie Nationale de Danse de Rome, ce livre propose un vaste recueil d’exercices sélectionnés par l’auteur, dans le programme du cours de Danse Éducative, afin d’exemplifier la méthodologie de l’enseignement de la danse dans les écoles primaires. Par la clarté de son exposé, la richesse de son matériel et l’efficacité de ses illustrations, cet ouvrage s’avère fondamental pour l’actualisation des connaissances des professeurs de danse, et instructif pour celles et ceux qui, travaillant au sein de l’école, désirent se documenter sur les études internationales les plus récentes, relatives à la didactique de la danse pour les enfants.

L’évolution pédagogique en France, Paris, PUF, 1938, p. L’éducation est l’action exercée par les générations adultes sur celles qui ne sont pas encore mûres pour la vie sociale. Durkheim – et cette idée fera fortune –  la pédagogie est une théorie pratique , comme la médecine ou la politique. La pédagogie est à la fois une théorie et une pratique : une théorie ayant pour objet de réfléchir sur les systèmes et sur les procédés d’éducation, en vue d’en apprécier la valeur et, par là, d’éclairer et de diriger l’action des éducateurs.

Pour Françoise Clerc, la pédagogie est  l’ensemble des savoirs scientifiques et pratiques, des compétences relationnelles et sociales qui sont mobilisées pour concevoir et mettre en œuvre des stratégies d’enseignement . Quelles différences entre pédagogie et didactique ? Information en Savoir par la pratique relationnelle et l’action de l’enseignant en classe, par l’organisation de situations pédagogiques pour l’apprenant, c’est le domaine de la Pédagogie . Dans l’histoire de la pédagogie, il faudrait distinguer méthodes, systèmes, mouvements, démarches, dispositifs, modèles, approches, pratiques. Les démarches pédagogiques sont des attitudes méthodologiques et progressives de pensée insistant soit sur les phases, les moments d’un travail, soit sur les formes, les aspects d’un objet de recherche, en matière d’enseignement. Ce sont des philosophies, des visions du monde, des idéologies.

Elles supposent, clairement identifiées, une psychologie de l’enfant, une philosophie de l’éducation, une sociologie de l’institution scolaire ou universitaire. Dès La République de Platon on trouve des doctrines. On s’en sert pour gérer, expliquer, découvrir, évaluer. Les réalisations comptent plus que les principes.

Organisées, les notions forment des théories. Une théorie pédagogique est supposée expliquer ce qu’est l’éducation, l’apprentissage, l’instruction, l’élève, l’enseignant, le savoir scolaire. Une théorie combine des notions, et si des théories se combinent elles forment une doctrine. Préalablement, il faut rappeler que les normes pédagogiques sont ancrées dans l’histoire et donc historiquement situées. L’humanisme de la Renaissance voit naître quelques précurseurs de la pédagogie, dont Érasme.

En territoire germanique, Martin Luther est un initiateur fondamental de l’enseignement moderne : ses motivations puisent leur source au cœur même de sa théologie, mais aussi dans le contexte religieux, économique et social de son temps. En France Rabelais propose un idéal du dépassement de soi. Rabelais, moine de son état, connaît bien la vie monacale, et dans la description de cette abbaye fictive il expose son idée d’une abbaye humaniste où de beaux jeunes gens, des deux sexes, viendraient étudier dans un cadre de vie idéal. Ignace de Loyola donne à l’ordre qu’il fonde une vocation d’enseignement sur la base du nouveau programme d’enseignement, le Ratio Studiorum. Jean-Baptiste de La Salle fonde un ordre laïc pour enseigner gratuitement dans les écoles de village.

On veut former les jeunes au monde contemporain. En 1762, Rousseau écrit Émile ou De l’éducation. Rousseau énonce dans cette œuvre son principe : l’enfant naît bon et c’est la société qui le corrompt. Selon lui, il est nécessaire que l’enfant ait envie d’apprendre et qu’il ait connaissance d’un métier manuel, chose très rare chez les nobles de cette époque. Il souhaite aider l’enfant dans la vie réelle, mais en la différenciant suivant les classes sociales.