La République romaine PDF

Description de l’image Roman SPQR banner. Les institutions de la République la République romaine PDF ne sont pas toutes fondées dès l’établissement du régime républicain. Rome à dominer un territoire toujours plus vaste. Article détaillé : Sénat de la République romaine.


L’autorité du Sénat découle de la dignité et du prestige dont jouissent les sénateurs. Comme le Sénat est la seule institution politique à être éternelle et continue, comparé au consulat qui expire au terme d’un mandat annuel, il acquiert la dignité des traditions antiques et est considéré comme le gardien des coutumes ancestrales. Le Sénat est autant une institution religieuse qu’une institution politique : ces deux notions sont en fait intimement liées et indissociables dans l’organisation romaine antique. Il fonctionne en obéissant à diverses restrictions d’ordre religieux.

Plusieurs conditions sont nécessaires pour avoir accès au Sénat : avoir exercé une des magistratures du cursus honorum, disposer d’une fortune foncière et avoir été choisi par les censeurs qui complètent tous les cinq ans l’album sénatorial. Les sénateurs donnent leur avis sur les lois, avec un droit de veto sur les décisions des comices, et dirigent la politique étrangère et la diplomatie. Ils ont également un rôle prééminent concernant la gestion des finances et des travaux publics, des levées et de la répartition des contingents. Le Sénat promulgue des décrets, appelé senatus consultum. Le peuple manifeste au travers de ces trois types de comices sa volonté. Le magistrat qui a ordonné aux comices de se réunir s’assure en premier lieu de l’approbation des dieux en prenant les auspices.

Tout signe interprété de façon défavorable provoque le report au jour faste suivant. De fait, ce moyen commode de temporiser est fréquemment utilisé pour reporter ces réunions. Les candidats à une élection sont proposés par le magistrat qui organise le vote et qui peut refuser certaines candidatures. Chaque unité, tribu ou centurie vote à tour de rôle par ordre hiérarchique décroissant.

Ce sont les plus anciennes assemblées populaires. Selon la tradition romaine, ils sont réunis dès la royauté romaine. Ils s’organisent sur la base de trente curies, dix pour chacune des trois tribus archaïques. Les comices curiates sont présidés par un consul, un préteur ou le pontifex maximus. Articles détaillés : Comices tributes et Concile plébéien. Ils dérivent vraisemblablement du concilium plebis mais ce dernier est généralement considéré comme juridiquement distinct.

La différence entre les comices tributes et le concile plébéien semble tenir aux magistrats qui président et aux types d’élections organisées. Ils concernent tous les citoyens et sont présidés par un consul ou un préteur, ou encore un dictateur durant les premiers siècles de la République. Ils se réunissent sur le Champ de Mars, en dehors des limites sacrées du pomerium. Ils élisent les consuls, les censeurs et les préteurs. Article détaillé : Magistrats de la République romaine. Les magistratures sont créées progressivement après la proclamation de la République romaine en 509 av.

Elles constituent la branche exécutive de l’État. Les magistrats cum imperio dispose d’un certain niveau d’imperium, un pouvoir de commandement qui s’exprime notamment par la faculté de décider de l’engagement des moyens militaires et par un droit de vie ou de mort. L’insigne des magistrats curules est la chaise curule qui n’est qu’un privilège honorifique. En vertu de ces différentes classifications, plusieurs historiens ont tenté d’établir une distinction entre magistratures supérieures et magistratures inférieures, certains adoptant dans le premier groupe les seuls magistratures cum ius auspiciorum maiorum, d’autres les magistratures curules. L’interroi est un magistrat suprême intérimaire choisi parmi les sénateurs, en l’absence de détenteur du pouvoir consulaire ou dictatorial. Sa charge ne peut excéder cinq jours durant lesquels il est chargé d’organiser les élections de nouveaux magistrats.