Le théorème du lampadaire PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Le modèle de l’équilibre général, dans la version d’Arrow et Debreu, constitue l’ossature des cours le théorème du lampadaire PDF de  microéconomie . Cet article couvre l’approche néoclassique de la théorie de l’équilibre général.


Trente ans de politiques économiques et autant d’échecs : chômage, crises à répétition, croissance défaillante, inégalités grandissantes… Comment la plupart des économistes et des responsables politiques peuvent-ils se tromper à ce point ? Selon quels ressorts appliquent-ils toujours les solutions qui ont échoué auparavant ? Pourquoi sont-ils esclaves d’un modéle délabré ? Pourquoi cette incapacité à penser autrement ?… Et que donc faudrait-il faire aujourd’hui ? Quel nouvel imaginaire économique est-il vital de mettre en musique pour affronter toutes les crises dans leur ensemble : financière, sociale, environnementale ?… Par l’un de nos économistes les plus prestigieux, Professeur à l’université LUISS de Rome, ex président de l’ofce, auteur de livres décisifs comme Politique de l’impuissance (Arléa, 2004), voici un opus décapant, une remarquable analyse à la fois économique, psychologique et politique de notre monde.

Toutes les thèses non néoclassiques ne figurent pas dans cet article. Les économistes de l’École autrichienne considèrent que l’équilibre général est une construction imaginaire qui peut être utile pour l’étude de problèmes particuliers, mais qui ne décrit aucune situation réalisable. Pour eux, l’économie est en perpétuel déséquilibre et le seul sujet d’étude scientifique est celui des processus d’évolution. Léon Walras expose sa première tentative de modéliser une économie pour expliquer la formation des prix. Le problème de Walras s’exprime formellement par un système d’équation. Walras en déduit que ce système, possédant autant d’équations que d’inconnues, devrait avoir une solution. Walras a aussi été le premier à avoir une intuition du rôle du tâtonnement pour atteindre l’équilibre et notamment de son impact sur la stabilité.

Il propose une méthode pour atteindre cet équilibre. Les prix sont annoncés à la criée et les agents indiquent combien ils souhaitent offrir ou demander de chaque bien. Aucune transaction n’est traitée tant que l’on se trouve au déséquilibre. Alfred Marshall présente l’analyse d’un équilibre partiel d’équilibre général en étudiant les variations de l’offre et de la demande pour un seul bien en supposant les autres constants. En effet si une industrie consomme beaucoup d’un facteur de production, une augmentation de son activité fera sensiblement monter le prix de cette fourniture et donc de ses coûts. Ces auteurs définissent rigoureusement le concept d’équilibre. Les interprétations de ces résultats se classent en trois champs.

Tout d’abord, si l’on considère des biens répartis en des emplacements géographiques distincts, le modèle d’Arrow-Debreu est un modèle spatial, de commerce international par exemple. De plus, si l’on distingue les biens selon la date à laquelle ils sont livrés, tous les marchés instantanés sont équilibrés à un instant pris pour origine. Les agents du modèle ont donc contracté des livraisons à terme. Enfin imaginons que les contrats spécifient dans quel état de nature la livraison se fait : la couverture d’une assurance ne s’exerce qu’en cas de sinistre. A contract for the transfer of a commodity now specifies, in addition to its physical properties, its location and its date, an event on the occurrence of which the transfer is conditional. Le modèle de Arrow-Debreu s’applique donc quand les biens sont identifiés par le lieu et la date de leur livraison, et sous quelles conditions.