Les origines intellectuelles de la Révocation de l’Édit de Nantes PDF

La pratique de l’esclavage par les Juifs, et particulièrement du commerce des esclaves, est attestée depuis les premières sources historiques, depuis l’Antiquité. Article détaillé : Esclavage dans le judaïsme. La langue hébraïque ne possède pas de terme propre signifiant « esclave ». Le mot eved est construit sur la racine avad qui veut les origines intellectuelles de la Révocation de l’Édit de Nantes PDF « travailler » et est traduit selon le contexte et le traducteur par « serviteur », « travailleur » ou « esclave ».


Joseph est vendu par ses frères, Ch. Hébreux sont eux-mêmes décrits dans la Bible comme esclaves chez les Égyptiens. Et s’il fait tomber une dent à son esclave, homme ou femme, il le mettra en liberté, pour prix de sa dent. Europe chrétienne l’a facilité jusqu’au treizième siècle et souvent après. Au troisième concile d’Orléans, en 538, un décret rappelle l’interdiction pour les Juifs de posséder des esclaves chrétiens et même des serviteurs chrétiens. Szabolcs en 1092, à Gand en 1112, lors du concile de Narbonne en 1227 puis à Béziers en 1246.

Après cette date, la nécessité d’une telle interdiction semble avoir disparu. Dans son Histoire des Juifs, l’historien médiéviste Salomon Grayzel écrit :  Une branche d’activité exercée par les Juifs pendant le Moyen Âge, la traite des esclaves, requiert quelques explications. Les Juifs furent parmi les plus importants marchands d’esclaves. Juifs visitant son royaume, les autorisant à pratiquer le commerce d’esclaves, pourvu que ceux-ci n’aient pas été baptisés. Chrétiens trafiquent des esclaves avec les Juifs. En 1100, des Juifs s’acquittent de cette taxe pour chaque esclave détenu par eux à Coblence. Cependant, des empereurs carolingiens autorisent les juifs à garder des esclaves sans être baptisés.

Articles détaillés : Esclavage dans la Corne de l’Afrique et Esclavage en Éthiopie. Le statut de Barya n’est pas spécifique à la communauté falasha, et on trouve également des Baryas d’autres religions dans les autres communautés religieuses du Nord de l’Éthiopie. Ils sont endogames, et ne sont pas autorisés à se marier avec les familles Beta Israël non Baryas. Ils sont victimes de divers préjugés, étant supposés être  primitifs . Jusqu’à leur immigration en Israël, les Baryas ont conservé un statut de serviteur en Éthiopie, malgré l’abolition officielle de l’esclavage en 1924.