LES SORCIERS DE MAJIPOOR PDF

Il publie sa première nouvelle à 18 ans et son premier roman, Révolte sur Alpha C, à peine un an LES SORCIERS DE MAJIPOOR PDF tard. Il se voit attribuer à 20 ans le prix Hugo de  l’auteur le plus prometteur .


Silverberg est obligé de se diversifier, et va s’essayer à des genres aussi divers que le western, les histoires de super-héros, et même des publications adultes, comme Le Sexe dans les armées, ou 1001 questions sur le sexe. Puis, au milieu des années 1960 Frederik Pohl, le rédacteur en chef de la revue Galaxy Science Fiction, lui propose un marché unique. Il achète tout ce que Silverberg lui proposera, à condition que celui-ci donne le meilleur de lui-même. S’il retombe dans ses travers de mercenaire de l’édition, le marché deviendra caduc. Il va mettre à profit cette période pour travailler style et thématiques, et livrer certains de ses meilleurs romans et nouvelles.

Cependant, lassé du monde de l’édition qui prend une tournure mercantile qui ne lui plaît guère, Robert Silverberg, après la sortie du rageur L’Homme stochastique, annonce en 1975 qu’il prend sa retraite. C’est une retraite bien occupée : il quitte New York pour San Francisco, se sépare de sa première femme et dirige plusieurs anthologies. En 1979, il revient sur sa décision et entame la rédaction du Cycle de Majipoor, œuvre située entre la fantasy et le space opera. Le roman inaugural, Le Château de Lord Valentin, est un immense succès, et reste à ce jour son livre le plus vendu. La décennie des années 1990 reste prolifique avec des ouvrages où la maîtrise technique du genre ne cache guère les priorités alimentaires.

Silverberg fait taire les critiques en 2003 avec la publication de Roma Æterna, une uchronie qui décrit à quoi ressemblerait notre monde si la chute de l’Empire romain n’avait pas eu lieu. En France, la quasi-intégralité de ses nouvelles aurait dû paraître dans la collection Imagine dirigée par Jacques Chambon. Le décès de ce dernier aura arrêté cette initiative au troisième volume. En mai 2010, les éditions ActuSF publient dans la collection  Les Trois Souhaits  le roman court Les Vestiges de l’automne, qui clôt la trilogie ouverte avec À la fin de l’hiver et La Reine du printemps. Marié en 1956 à Barbara Brown, le couple se sépare en 1976 et divorce en 1986. Silverberg se marie une seconde fois en 1987 avec Karen Haber, elle aussi auteur de science-fiction.

Robert Silverberg a utilisé au cours de sa longue et chaotique carrière de nombreux pseudonymes. Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Œuvre de Robert Silverberg. Lesbian Love, Nightstand Books, 1960Sous le nom de Marlene Longman. Sin Girls, Nightstand Books, 1960Sous le nom de Marlene Longman. Les Monades urbaines, Robert Laffont, coll.

L’Étoile des Gitans, Robert Laffont, coll. Glissement vers le bleu, ActuSF, coll. Signaux du silence : Robert Silverberg, Casterman, coll. Voir l’Invisible, Presses Pocket no 5032, coll.