Manuel de la pratique clinique en psychologie et psychopathologie PDF

Cet article est une ébauche concernant la manuel de la pratique clinique en psychologie et psychopathologie PDF et la psychiatrie. La psychopathologie pose le problème de la définition et description des troubles, et de la différence entre le normal et le pathologique.


Ce Manuel de pratique clinique présente une réflexion sur les bases et les concepts fondamentaux de ce qui définit LA pratique clinique dans toutes les formes qu’elle adopte par son ajustement aux situations et objets cliniques auxquels elle se confronte. L’auteur propose d’extrapoler et de généraliser, à partir de la pratique psychanalytique et de sa théorie, ce qui s’applique à toutes les pratiques cliniques qui s’y réfèrent.

Ainsi sont passés en revue aussi bien dans leurs formes de base que dans leurs variations possibles : la méthode associative et sa polymorphie ; le transfert et les constellations transférentielles ; les fonctions du dispositif clinique et ses aménagements avec les capacités d’élaborations des sujets ; l’écoute des besoins psychiques impliqués dans le travail thérapeutique et dans le processus de symbolisation ; les formes du jeu de l’intervention du clinicien.

Enfin, une approche de l’activité de recherche inhérente à la pratique clinique complète cette démarche.

Ce manuel s’attache ainsi à préciser les formes concrètes que prennent les pratiques cliniques dans leurs différents champs d’application. Il s’adresse à tous les cliniciens, psychologues, psychiatres, psychanalystes soucieux d’asseoir leur pratique sur un certain nombre de principes issus de l’apport fondamental de la clinique et de la pratique psychanalytique.

Elle porte sur les critères diagnostiques des troubles et sur leur classification. Elle tente d’en comprendre les facteurs influençant ou causant les troubles, les mécanismes de mise en place et de développement des troubles, ce qui permet de proposer des traitements et d’évaluer des pronostiques. Articles détaillés : Histoire des troubles mentaux et Histoire des conceptions de la folie. Ces critères, considérés de manière isolée, ne sont pas suffisant pour parler de psychopathologie. Par ailleurs, on peut aussi étudier la psychopathologie des animaux qui se présente sous diverses formes. Georges Canguilhem propose de substituer la notion de normativité à celle de norme et la notion d’ordre à celle de valeur. Cet auteur  biologise  la notion de norme et considère que ce n’est pas à la science de juger du normal car c’est avant tout la vie qui en fait un concept de valeur.

On ne peut pas non plus poser le problème de la normalité ou de l’anormalité sans tenir compte des normes sociales ou individuelles. La psychopathologie s’intéresserait alors plus à l’anomalie qu’à l’anormalité. Dorey :  Le recueil et l’assemblage de symptômes comme constituant une sémiologie « en-soi » est une pure abstraction. Il n’y a pas de sémiologie innocente, pas plus qu’il n’existe d’observation neutre ou objective. Daniel Widlöcher déclare que juger d’une conduite en termes de normalité ou d’anormalité renvoie obligatoirement à un jugement normatif. Cependant, la notion de norme se réfère à celle de moyenne. Or, cette dernière est sujette à caution.