Messages de l’au-delà PDF

Si ce bandeau n’est messages de l’au-delà PDF pertinent, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ?


Il y a plus de vingt ans, le Jonquiérois Serge Girard s’est présenté aux Éditions JCL, comme tous les autres auteurs, avec son manuscrit sous le bras et le c ur plein d’espoir. Une cinquantaine d’esprits, disait-il, l’avaient aidé et inspiré à rendre à terme ce travail sérieux de réflexion. Les morts sont silencieux, c’est bien connu. Très peu d’entre eux sont revenus sur la Terre, en chair et en os, pour nous raconter exactement ce qui se passe dans l’au-delà. Cependant, depuis la nuit des temps, plusieurs Esprits désincarnés ont confié des témoignages très intéressants aux médiums qui possédaient le don de les capter. Serge Girard est un de ces médiums que les Esprits ont utilisés sciemment comme intermédiaire, afin de livrer à tous leurs points de vue sur plusieurs aspects de la vie humaine et terrestre. Mieux encore, ces habitants de l’au-delà ont raconté avec précision quels individus étaient-ils sur la Terre, et ce qui leur est arrivé dans l’après-mort. Maintenant disponible en format semi-poche, Messages de l’au-delà constitue un témoignage d’une grande honnêteté. Ce livre questionne très humblement nos attitudes en tant qu’être humain et surtout nous fait réfléchir sur l’idée que nous nous faisons de la mort et de ses suites.

Il est l’auteur de nombreuses études sur l’Histoire, l’au-delà, la vie après la mort et le paranormal, quand ces sujets côtoient le mysticisme. Jean Prieur est né en novembre 1914 à Lille, alors occupée par l’armée allemande, dans une famille protestante. Après un premier emploi à l’Exposition internationale de 1937, il succède, en 1938, à Georges Arnaud en tant que rédacteur à l’Union nationale des associations de tourisme. Juste avant l’occupation de Bordeaux, en juin 1940, il réussit à passer un certificat de littérature française.

Il obtient ensuite un certificat d’études latines à Toulouse, puis termine sa licence ès lettres à Lyon et à Paris. Il a mis un certain temps à aimer cette ville discrète qui a été pour lui une école de courage. En 1945, il est rédacteur du Journal parlé de la Radiodiffusion française sous la direction de Vital Gaymann, avec pour collègues Georges de Caunes, Jacqueline Joubert et Paul Guimard. Jean Prieur meurt le 23 décembre 2016 à l’âge de 102 ans. Il se lie avec Gabriel Marcel, Jean Guitton.

De 1958 à 1978, il enseigne à l’Alliance française de Paris. En décembre 1994, Jean Prieur a reçu la Médaille de vermeil de la Ville de Paris pour l’ensemble de son œuvre. Cruelle départie, Radio-Lyon, 1941, avec André Chanu et Geneviève Blanc. Le voyage des rois, Radio-Lyon, 1941.

Traduit en allemand : Dem Sterne Entgegen, NWDR. Le comte de Saint-Germain, Radiodiffusion française, 1944. Le jeu des bergers, Paris-Inter, 1953. Grunenwald, avec Alain Cuny, Jean Desailly, Roger Blin, Mony Dalmès de la Comédie-Française et Aimé Clarion de la Comédie-Française. Argine, comédie en trois actes, 1950. La cour des Miracles , 1952. Création au Studio des Champs Elysées, joué à la radio par Madeleine Robinson, Silvia Monfort et Louis Seigner.