Papyrus, tome 1 : La momie engloutie PDF

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. Cette papyrus, tome 1 : La momie engloutie PDF est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète.


Des ombres sur Alexandrie, Éditions du Masque, coll. Les Dîners de Cléopâtre, Éditions du Masque, Modèle:Coll. La Vierge de Bruges, Éditions du Masque, coll. L’ange de Florence, Éditions du Masque, coll.

Le Pénitent de Paris, Éditions du Masque, coll. Le Diable de Rome, Éditions du Masque, coll. L’aiglon ne manque pas d’aire, Éditions du Masque, coll. Novikov, dessins de Bruno Brindisi, Les Humanoïdes Associés coll. Emanuele Tenderini, Les Humanoïdes Associés coll. L’Ibère, scénario avec Jacques Martin et François Maingoval, dessins de Christophe Simon, 2007 27. Le démon du Pharos, scénario avec Jacques Martin, dessins de Christophe Simon , 2008 28.

Le code noir, scénario avec Jacques Martin, 2007 4. Monsieur, frère du Roi, scénario avec Jacques Martin, 2009 5. Sagarmatha, dessins de Renaud Pennelle, Emmanuel Proust Éditions coll. Rechercher les pages comportant ce texte.

La dernière modification de cette page a été faite le 15 novembre 2018 à 22:34. Inventeur de l’agriculture et de la religion, son règne est bienfaisant et civilisateur. Au Moyen Empire égyptien, la ville d’Abydos devient la cité du dieu Osiris. Elle attire ainsi de nombreux fidèles en quête d’éternité.

La renommée de cette cité repose sur ses festivités cultuelles du Nouvel An et sur une sainte relique, la tête du dieu. Osiris conserve son statut de dieu funéraire et de juge des âmes. Cependant, ses aspects de dieu des flots du Nil et, par là-même, de dieu de la fertilité, acquièrent la primauté, augmentant ainsi sa popularité auprès de la population nilotique. Osiris-Apis, le taureau sacré mort et momifié. Les souverains lagides importent ce culte dans leur capitale Alexandrie sous la forme de Sérapis, le dieu syncrétique gréco-égyptien. Selon la vision égyptienne, les forces destructrices sont en lutte perpétuelle contre les forces positives.

En cela, Seth s’oppose à son frère Osiris, symbole de la terre fertile et nourricière. Osiris est l’une des principales divinités du panthéon égyptien. Cependant les origines de son culte restent encore très obscures. IVe ou du début de la Ve dynastie. La première représentation d’Osiris est lacunaire, car figurant sur un fragment du temple haut du roi Djedkarê Isési. Un autre de ces anciens témoignages archéologiques est une inscription du nom d’Osiris sur le linteau de la tombe du grand prêtre Ptahchepsès.