Pharmacologie BP PDF

Le réseau social Facebook a essuyé un bon nombre de critiques et controverses incluant la vie privée, la sécurité infantile et l’incapacité de supprimer un compte sans préalablement en supprimer le contenu manuellement. 2010, il apparaît que Facebook est un espace public, et que dans le cadre de la relation employé-employeur,  le droit d’expression existe dans et hors du lieu de travail, mais il y a ensuite appréciation faite par le juge sur le caractère abusif ou non des propos  et que  la jurisprudence rappelle que la liberté d’expression a pour pharmacologie BP PDF la responsabilité de ceux qui en usent.


Le 12 mai 2011, le journal The Daily Beast a révélé un accord visant à discréditer Google. L’entreprise Facebook a payé l’agence Burson-Marsteller dans l’intention de rallier de nombreux blogueurs et personnalités de la toile pour dénoncer un problème fictif de vie privée concernant Google. Officiellement, les conditions d’utilisation de Facebook interdisent aux utilisateurs de publier des contenus à caractère haineux ou discriminatoire. Cependant, dans les faits, de tels contenus sont régulièrement publiés dans la plus totale impunité, et quand un utilisateur signale un contenu enfreignant lesdites conditions, il a pour seule réponse que le contenu en question n’enfreint pas les conditions d’utilisation, même si ce n’est pas du tout le cas.

Depuis sa création, Facebook fait l’objet d’une controverse concernant le respect de la vie privée des utilisateurs. Les informations sur les utilisateurs sont également collectées par Facebook pour améliorer ses bases de données et permettre à ses clients de mieux cibler les publicités, en connaissant les comportements de consommation des utilisateurs de Facebook. Depuis le 17 janvier 2011, l’adresse et le téléphone mobile ont été ajoutés. Facebook qui a le droit de les utiliser pour ses publicités, de les revendre à des tiers, de les sous-licencier. Au début du mois de janvier 2014, deux internautes américains ont déposé plainte contre le réseau social, le soupçonnant d’analyser tous messages privés accompagné d’une URL, pour ensuite les compiler afin de dresser un profil détaillé sur l’auteur du message. Le 1er avril 2015, à la suite d’une étude commandée par la Commission de la protection de la vie privée de Belgique, Facebook a été accusé de pister les internautes, même en dehors de Facebook, et même des internautes ne possédant pas de compte Facebook. Le 2 juillet 2014 Facebook a réalisé une étude sur les émotions des internautes, basée à partir d’informations d’utilisateurs manipulés.

Facebook est impliqué dans les révélations faites en 2013 par Edward Snowden concernant le programme de surveillance PRISM mis en place par la NSA. Les informations sur la vie privée publiées sur Facebook peuvent être lues et utilisées par des personnes à qui elles n’étaient pas initialement destinées. Les Renseignements généraux puis Direction centrale du renseignement intérieur peuvent aussi collecter des informations et compléter leurs fichiers types EDVIGE. Des logiciels d’analyse de réseaux sociaux permettent d’effectuer ce genre d’opérations. Un virus nommé Koobface utilise le compte Facebook de ses victimes.