Prise en main : le PC PDF

Sauter à la prise en main : le PC PDF Sauter à la recherche La prosopagnosie est un trouble de la reconnaissance des visages. Elle se manifeste chez les sujets atteints par une incapacité à reconnaître et différencier les visages familiers tels que ceux de leurs proches, amis et parfois même leur propre visage. Les sujets atteints de cette pathologie sont capables de voir mais pas de reconnaître.


Bienvenue dans «Prise en main PC», livre de poche de la nouvelle collection des Éditions First Interactive !

Cette collection a été réalisée tout spécialement pour vous en coopération avec le journal Micro Hebdo, le premier newsmagazine de la micro-informatique et des nouvelles technologies.

Pour vous aider à profiter de votre nouveau PC, ce «Prise en main» se veut à la fois pédagogique et pratique.

Découvrez douze chapitres conçus pour tirer parti des principaux atouts de votre PC. Dans chacun d’eux, profitez de rubriques pas à pas, mais aussi de conseils et d’astuces claires et précises.

° Exploitez les programmes
° Créez des documents
° Utilisez un tableur
° Profitez d’Internet et du multimédia
° Protégez et personnalisez votre PC

Retrouvez First Interactive à www.editionsfirst.fr

En effet, leur acuité visuelle est normale, ils sont capables de décrire en détail un visage familier, mais n’y associent pas d’identité de reconnaissance. Il publia une description détaillée de deux soldats qui étaient dans l’incapacité de reconnaître les visages familiers, à la suite de la survenue de lésions cérébrales pendant la Seconde Guerre mondiale. Le développement des études scientifiques a été facilité par l’essor des techniques d’imagerie, ainsi que la généralisation de l’Internet, facilitant la mise en relation des chercheurs et des sujets atteints. Il existe principalement deux types de prosopagnosie : la prosopagnosie congénitale et la prosopagnosie dite acquise. La prosopagnosie congénitale, aussi appelée développementale, correspond vraisemblablement à un défaut de développement du processus de reconnaissance des visages et ce, sans lésions sous-jacentes à l’atteinte. Certains auteurs comme Kennerknecht et al. Plus précisément, ces individus sont dans l’incapacité d’associer un visage à une personne.

La seconde forme recensée, la prosopagnosie acquise, avec comme principal signe une perte de la faculté de reconnaissance des visages, résulte d’une lésion cérébrale. Si on considère que le traitement précoce des informations permettant l’analyse des visages est préservé chez certains sujets mais pas chez d’autres, on est amené à penser qu’il existe différentes formes de prosopagnosie. La prosopagnosie aperceptive : elle se caractérise par une défaillance de l’analyse structurale des visages, empêchant l’élaboration d’un percept susceptible d’activer une unité de reconnaissance faciale. La prosopagnosie associative, dans laquelle l’accès aux processus de reconnaissance dysfonctionne. Dans ce cas, il y aurait vraisemblablement une construction correcte de la représentation structurale, mais celle-ci serait dans l’incapacité d’activer un registre de traitement nécessaire à l’accès aux informations sémantiques.