Résonance intérieure. Dialogue sur l’expérience artistique et l’expérience spirituelle en Chine et en Occident PDF

En raison de l’accès limité au réseau Internet, le projet avance lentement. Internet, et le rythme résonance intérieure. Dialogue sur l’expérience artistique et l’expérience spirituelle en Chine et en Occident PDF croissance des publications s’accélère.


Cet ouvrage s’interroge sur la proximité des expériences contemporaines de l’art occidental, avec celles de l’artiste chinois traditionnel. Non pas à partir de ressemblances de style ou d’analogies formelles, ou encore d’éventuels métissages culturels, mais par l’observation de la manière commune qu’ils ont d’approcher la création artistique et l’analyse des rapports qu’entretiennent le regardeur ou l’auditeur avec l’œuvre. Une parenté se manifeste lors de la comparaison des textes chinois et des récits occidentaux. De cette confrontation se dégage un paradigme de l’expérience artistique, proche de l’expérience spirituelle. Les notions communes concernent l’exigence morale de l’artiste, la recherche du contenu et les principes méthodiques.
La rectitude morale coïncide avec la recherche du sens. Elle en est à la fois la condition et la conséquence, comme si toute succession causale se trouvait dépassée lorsque l’artiste se met en quête de vérité et d’inspiration. Dès lors, l’artiste se transmue en témoin de ce qu’il a vécu. Le maître chinois, comme l’artiste de cette avant-garde qui reste encore assez largement incomprise, se présente comme celui qui peut témoigner de ce souffle, de cet esprit originel et du sens des choses.

Parallèlement, en 1978, le Conseil des Arts du Canada créé Canadiana, un organisme sans but lucratif visant la préservation du patrimoine canadien et à sa mise en ligne. En 1993, John Mark Ockerbloom crée Online Books Page. Contrairement au projet Gutenberg, ce projet cherche à répertorier et réunir différents textes numériques anglophones déjà publiés, au sein d’un point d’accès unique. En 1995, Jeff Bezos crée Amazon. La presse, dans son sens large, commence alors à se mettre en ligne. De son côté, Brewster Khale fonde Internet Archive. En 1997, la Bibliothèque nationale de France crée Gallica.

En 2000, le logiciel de lecture Mobipocket est créé. Le Gemstar ebook devient alors la première tablette de lecture numérique officielle. En 2001, Adobe Flash Player lance son premier logiciel gratuit qui permet la lecture de fichiers numériques. L’année 2001 marque enfin la création du premier smartphone.

En 2004, la compagnie Sony produit sa propre tablette. En 2007, Amazon commercialise Amazon Kindle, ou Kindle, qui permet à l’entreprise de se spécialiser dans la lecture numérique, alors qu’elle se concentrait jusque là sur l’édition numérique. 2008, la qualité de lecture sur l’écran des liseuses s’améliore considérablement. De nombreux éditeurs commencent dès lors à distribuer, sous format électronique, des livres tombés dans le domaine public. Au même moment, pour une question de coûts et de rentabilité, certains éditeurs commencent à publier leurs auteurs de cette manière.

C’est la  transposition à l’identique d’un livre papier en version numérique . Le livre numérique homothétique respecte les limitations physiques du livre malgré l’absence de ces limitations dans un environnement numérique. Il s’agit de la forme la plus répandue et de la première à être apparue. Ce type de livre vient compléter la version imprimée grâce aux avantages que permet le format numérique, tant sur le plan de la forme que du contenu. Ainsi, par les possibilités d’enrichissement quasi infinies de l’œuvre qu’il admet, le type enrichi est de plus en plus exploité. Marcoux écrit qu’il s’agit du livre  créé par ou pour le numérique , c’est-à-dire que le livre originairement numérique a été pensé en fonction du format numérique et de ses potentialités techniques.