Trois histoires extravagantes PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. La pièce s’ouvre en 1398 trois histoires extravagantes PDF une violente querelle entre Bolingbroke et Mowbray, que le spectateur moderne a du mal à comprendre au premier abord.


Publication originale : Il Mulino, Bologne, 1994.
Traduit de l’italien par Adriano Gubellini.
Un petit livre qui emprunte les chemins de traverse de l’histoire de l’économie et de l’histoire de la culture, et nous convie à un voyage facétieux en trois épisodes : les bonnes et mauvaises fortunes d’une grande famille de banquiers florentins au XIVe siècle ; les roueries imaginées par les Européens sous Louis XIV afin de gruger les Turcs et de favoriser la contrefaçon d’une monnaie, le petit Louis ; enfin, le dit et le non-dit des traités de commerce français des XVIIe et XVIIIe siècles.
Tout l’art de Cipolla tient dans sa capacité unique à tisser une trame entre ces épisodes apparemment éloignés. Le rôle du banquier et du commerçant dans les sociétés européennes, et surtout l’évolution bien peu linéaire de leur statut au fil du temps et des frontières, constituent l’épicentre de cet essai.

En effet en 1587, Raphael Holinshed avait fait dans ses Chronicles un rapport complet des événements du début du règne de Richard II, ainsi que le Mirror for Magistrates, un recueil de biographies. Le roi Édouard III a eu, entre autres, cinq garçons ayant atteint l’âge adulte. Les premières années, Richard est assisté par ses oncles, plus particulièrement Jean de Gand et Thomas de Woodstock. Mais, à partir de 1386, il s’émancipe et choisit ses propres conseillers, à qui il accorde des biens et des titres exagérés, comme marquis de Dublin ou duc d’Irlande.

Il engage aussi des dépenses extravagantes et futiles, payées par de lourds impôts levés sur tout le pays. Richard fait arrêter les principaux Lords Appellant, Woodstock, Arundel et Warwick, pour trahison. Warwick se soumet et est exilé, tandis qu’Arundel reste intraitable et est décapité. Au moment où doit s’ouvrir le procès de Woodstock, emprisonné dans la forteresse de Calais sous la garde de Mowbray, ce dernier annonce la mort de son prisonnier. Shakespeare, en revanche, fait état à plusieurs reprises de l’implication du roi. C’est le début de la pièce de Shakespeare. Des accusations mutuelles de trahison amènent Bolingbroke, fils aîné de Jean de Gand et cousin du roi, et Mowbray, duc de Norfolk à un duel judiciaire.

L’année suivante, quand Jean de Gand meurt, Richard II s’empare de tous les biens du défunt pour pouvoir faire la guerre en Irlande, déshéritant ainsi totalement Bolingbroke. Bolingbroke capture et fait exécuter de rares opposants, restés fidèles au roi, qu’il rencontre. Quand Richard débarque enfin au Pays de Galles, sans troupes, trahi par ses derniers partisans et abusé par les stratagèmes des amis de Bolingbroke, il est rapidement capturé. Bolingbroke ne réclame au début que la restitution de ses titres et terres, ce qui lui est accordé. Les éditions in-quarto et in-folio originelles ne comportent pas de liste des personnages pour cette pièce.