Wilfrid…la quête de l’impossible PDF

Please forward this error screen to ns7. Le manuscrit de Voynich est un livre manuscrit et illustré anonyme, rédigé dans une écriture à ce jour non déchiffrée. Malgré les nombreuses tentatives des cryptographes, la nature exacte de ce document, son but et son auteur restent une wilfrid…la quête de l’impossible PDF : s’agit-il d’un herbier, d’un traité d’alchimie ou d’un canular ?


Wilfrid… la quête de l’impossible est une recherche incessante du bonheur, de plus en plus loin, sans repos. Cette poursuite mène Wilfrid chez les Indiens, l’entraîne dans des aventures dangereuses ou tragiques qui le conduisent jusqu’en Colombie-Britannique.

Ce roman rend compte de l’impuissance de l’homme à fuir son destin. Wilfrid s’apercevra un jour que la mémoire est plus forte que l’oubli et il reviendra vers ses origines, l’univers d’Un soir la vieille maison a parlé.

Le livre tire son nom de Wilfrid M. Voynich, qui l’a découvert en 1912 dans une communauté de jésuites à Frascati, près de Rome. Bibliothèque Beinecke de livres rares et manuscrits de l’université Yale aux États-Unis. Le codex est constitué de 234 pages de 15 cm de large et 23 cm de haut.

Il semble que lors de son acquisition par Voynich en 1912, le livre fût déjà incomplet. Une plume d’oie a été utilisée pour le texte et le contour des figures, dont certaines sont rehaussées d’une manière parfois grossière. Résumé À l’origine le livre contenait 262 pages, réparties en vingt cahiers. 33 pages ne contiennent que du texte. La dernière page contient uniquement des clés. Le précédent propriétaire de ce livre demanda une fois votre opinion par lettre, copiant et vous envoyant une partie du livre, lequel croyait que vous étiez capable de lire le reste, mais il refusa, jusqu’à présent, d’envoyer l’original.

Marci, Lettre à Kircher datée du 19 août 1665. 78r : les illustrations de la partie  biologie  sont reliées par un réseau de tuyaux. Néanmoins, le propriétaire officiel le plus ancien de ce manuscrit a été trouvé grâce à la correspondance de Kircher. De tous les dessins de plantes, dont il existe un grand nombre dans le codex, et d’images variées, étoiles et autres portant l’apparition du symbolisme chimique, c’est ma conjecture que tout cela est médical, la branche la plus bénéfique de l’apprentissage pour la race humaine à part le salut des âmes. Cette tâche n’est pas indigne d’une grande intelligence.

On ne sait pas si Kircher a répondu, mais il semblerait qu’il s’intéressa assez au sujet pour tenter d’acquérir le livre, que Baresch refusa apparemment de montrer. Il envoya le livre à Kircher, son ami de longue date et correspondant. L’hypothèse a été avancée que le manuscrit serait tombé dans les mains de la reine Christine de Suède à l’occasion de la chute de Prague en 1648 et qu’elle aurait récupéré ensuite le manuscrit pour l’emporter plus tard à Rome, après son abdication. On perd ensuite la trace du livre pendant deux siècles, mais selon toute vraisemblance, il était conservé comme le reste de la correspondance de Kircher, dans la bibliothèque du Collège romain, actuelle Université pontificale grégorienne.